Carnet des Savanes

« Carnet des Savanes » n°1

Dans le cadre de la convention de partenariat établie en début d’année avec le Centre Saint Louis Orione, le sociologue Parfait LARE a été choisi comme notre interlocuteur privilégié pour animer et développer l’activité de soutien aux enfants auprès des parrains et marraines avec le bureau YovoTogo.
Ensemble nous mettons en place un feuillet mensuel nommé « Savann kadaɔg » en Moba ce qui signifie « Carnet des Savanes ». Il se composera de quelques articles divers et variés essentiellement en rapport avec le handicap. (Coups de projecteur sur des enfants parrainés ou non, des activités du centre, des problématiques rencontrées lors de visite en familles etc. etc.).
Nous espérons que cette initiative permettra à celles et ceux qui ne sont jamais venu sur place d’appréhender les réalités du nord Togo et mieux mesurer l’impact de leurs généreux gestes de solidarité.


Présentation…

Je me nomme Parfait LARE, je suis âgé de 39 ans, marié et père de 2 enfants, une fille et un garçon. J’ai suivi une formation Universitaire à Lomé (capitale du Togo) et en suis sorti titulaire d’une maîtrise en sociologie de l’information et de la communication. Depuis janvier 2014 j’exerce en tant que sociologue au Centre Don Orione à Bombouaka ou je suis chargé du suivi-accompagnement des personnes handicapées.

Ma mission consiste à la prise en charge psychosociale des enfants handicapés et de leurs parents,  le suivi scolaire, la formation professionnelle et l’insertion socioprofessionnelle des enfants et jeunes handicapés. Avec mes collègues nous veillons à la tenue des dossiers individuels, émettons des avis consultatifs dans les interventions médicales, orthopédiques, d’appareillages et de rééducations. J’ai à cœur désormais d’animer les actions de soutien de YovoTogo


Journée de l’arbre au Centre Saint Louis Orione

Le 1er juin a été instituée journée nationale de l’arbre au Togo depuis 1977 par le Feu Président GNASSINGBE EYADEMA.  Elle a pour objectif de faire pratiquer le reboisement pour lutter contre la déforestation et protéger l’environnement en vue de favoriser le développement durable. Cette journée dédiée à la protection des arbres et de l’environnement est aussi placée sous le signe de la lutte contre l’érosion des terres cultivables. Chaque 1er juin de l’année, la tradition veut qu’à cette date, chaque citoyen et citoyenne togolais plante et entretient au moins un arbre de son choix. En fait, c’est une action de vie, un geste écologique et citoyenneté très vertueux. « Celui qui a planté un arbre avant de mourir n’a pas vécu inutilement », ce proverbe africain, le peuple togolais l’a fait sien depuis 44 ans. Cette année, la fête du reboisement a été observée partout.

Au Centre Don Orione de Bombouaka, très tôt le matin, les pères religieux et les enfants handicapés se sont joints à cette célébration. Ils ont mis sous terre des plants de différentes espèces  dans un espace prévu à cet effet. Les enfants ont planté des espèces tels que des papayers, des avocatiers, des orangers, des citronniers, des manguiers, des mandariniers, des anacardiers, des corossoliers et des moringas pour améliorer la qualité de leur alimentation en fruits, important pour leur croissance et leur santé et aussi participer activement à l’atteinte de l’Objectif de Développement Durable – ODD 13 : « Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions ». Promouvoir le reboisement au Centre pour un développement durable est le leitmotiv des premiers responsables. Les arbres ont toujours été liés à la biodiversité terrestre et de la suivie des êtres vivants.

En effet l’oxygène, l’eau, les aliments, les médicaments dépendent tous des forêts. Et comme le dit le Père Directeur : « à chacun, chacune son arbre ! Planter un arbre, c’est sauver des vies humaines et contribuer à préserver notre maison commune, la terre ». Merci aux enfants et jeunes en situation de handicap pour ce geste de citoyenneté manifesté par la plantation d’une centaine d’arbres fruitiers.


Coup de projecteur sur Sadjo DJAGBA…

Sadjo DJAGBA est une petite fille née en 2007 du père Nayakidja DJAGBA et de mère Bartchima DOUTI. Les parents sont domiciliés à Idandjouak / Tidonte dans le canton de Korbongou, préfecture de Tône. Sadjo est issue d’une famille polygame de deux femmes avec 08 enfants, la maman de Sadjo est la première femme de son mari et a quatre enfants. La famille vit essentiellement de l’agriculture traditionnelle et de l’élevage domestique. Sadjo a été consultée pour la première fois le 1er Avril 2013 au centre. De cette consultation, il est ressorti que Sadjo souffre d’une paraplégie flasque, séquelles de poliomyélite articulaire aigüe. Ainsi elle a été rééduquée et appareillée pour la première fois le 19/04/2013 au Centre Saint Louis Orione de Bombouaka, plâtrée le 07/01/2014 pour le flexum du genou droit et le deuxième le 10/02/2014.

Le 26 septembre 2014 Sadjo fut accueillie au Centre Saint Louis Orione de Bombouaka pour lui permettre de fréquenter l’école et d’avoir une meilleure prise en charge à cause de sa déficience.

Au jour d’aujourd’hui elle vit toujours au centre tout en bénéficiant des soins de santé, de rééducation et d’appareillage ; elle est en classe de CM1 actuellement. Elle a 13 ans maintenant et elle est toujours souriante. Sadjo est aimée par tout le monde au Centre et de même chez elle au village. Elle travaille un peu bien à l’école et met en pratique l’éducation qu’elle reçoit au Centre une fois rentrée chez elle en famille.

C’est l’opportunité pour nous de traduire notre profonde gratitude à l’Association YovoTogo et à tous les sympathisants de l’Association pour le soutien sans faille au Centre qui contribue à l’épanouissement des enfants et de rehausser  la dignité des enfants handicapées.

        Tout comme Sadjo, beaucoup d’autres enfants handicapés qui sont au Centre ou dans leur famille ont besoins de ce système de parrainage pour se réhabiliter et réaliser leur rêve.

Rendez-vous en juillet…