Carnet des SavanesDon Orione

« Carnet des Savanes » n°11

Le témoignage de « Kodjo »

Je me nomme SAMBO Razakou surnommé « Kodjo », né en 2000 en Côte d’Ivoire d’une famille monogame de trois enfants mais divorcée. Actuellement en classe de quatrième au Lycée de Bombouaka. Je suis un des jeunes en situation de Handicap vivant au Foyer Père Sébastien du Centre St Louis Orione de Bombouaka.

Je suis né normal et bien portant, et j’ai commencé à aller à l’école comme tout autre enfant. J’étais en classe de CE1 en 2011, lorsqu’un soir, je suis monté sur un arbre pour cueillir des fruits et malheureusement je suis tombé. C’est là que commence mon calvaire. Ma maman m’a amené chez un féticheur pour le traitement. Là-bas, ma santé ne s’améliorait pas. J’avais fracturé les deux bras, et ma colonne vertébrale, je n’arrivais plus à m’asseoir et je ne sentais rien quand on touchait mon corps. Le féticheur nous a référé au Centre Hospitalier Régional (CHR) de Dapaong. Là, j’ai fait six mois de soins avec une petite amélioration. Par manque de moyens, nous sommes repartis au village.

Nous sommes retourné huit mois chez le féticheur avant d’être orienté vers le Centre Don Orione pour une meilleure prise en charge et en 2013 nous avons été admis au service de rééducation kinésithérapique. Après six mois de rééducation et des exercices intensifs, j’arrivais en ce moment à m’asseoir seul et me mettre débout avec les aides techniques de marche. J’ai commencé par marcher un peu avec les appareils et les béquilles et la sensibilité revenait peu à peu jusqu’au niveau de la hanche. Je commençais à retrouver le sourire car je pouvais me déplacer un peu et sentir au touché. C’était un début d’une nouvelle vie pour moi. Il faut souligner que durant tout ce temps, j’étais avec ma maman car mon papa était en Côte d’Ivoire.

Reparti en famille, j’ai développé des plaies au niveau des fesses. De retour pour le contrôle au Centre, le directeur d’alors en collaboration avec maman ont décidé de me garder au Centre pour une meilleure prise en charge de mes plaies et aussi me donner la chance de reprendre le chemin de l’école si possible. Ainsi, je suis resté à l’internat « Padré Pio » pour les soins et repris l’école en classe de CE2 pour l’année scolaire 2014-2015. Après ma réussite au CEPD, j’ai intégré le Foyer Père Sébastien. Depuis mon intégration au Foyer, je me suis senti à l’aise comme si j’étais chez moi.

Je vais à l’école et j’ai appris beaucoup de choses notamment le respect mutuel, comment vivre avec les autres, la responsabilité etc. Dans ce foyer, nous vivons dans une parfaite harmonie. Là y règnent les valeurs de paix, de solidarité et surtout d’entraide mutuelle. Au Foyer, nous apprenons à être autonome faisant nous-même la cuisine, la lessive, bref toutes les tâches ménagères pour se familiariser avant d’aller dans les Universités après la réussite au BAC II.

Sans le Centre, je ne pourrais plus m’asseoir, ni marcher pour ni penser d’aller à l’école. Je témoigne ma reconnaissance et ma profonde gratitude aux responsables de ce Centre et tout le personnel pour leur soutien au quotidien. Je ne saurai terminer mon mot sans dire merci à tous les partenaires du Centre et leur demande de continuer à soutenir le Centre car nous en avons besoin pour continuer nos études, nous soigner etc. Depuis mon arrivée au Centre, je suis entièrement à leur charge car mon papa n’est jamais venu me voir, seule la maman vient mais, elle est aussi démunie. Mon aspiration, c’est de réussir à mon BAC II et faire une formation soit en électronique ou en maintenance informatique.

Je vous remercie.