EducationInformatiqueJump Lab'Orione

Un nouveau projet !

1. Nom du projet : JUMP Lab’Orione

JUMP Lab’Orione est une association de bénévoles dont l’objectif est la création d’un centre de ressources et de formation en informatique et un laboratoire d’innovations informatiques pour la vulgarisation de l’utilisation des nouvelles techniques de l’information et de la communication dans la Préfecture de TANDJOUARE.

« JUMP » est l’acronyme de Jeunes Unis pour un Monde de Progrès suivi de « Lab’Orione » qui met en avant le coté expérimental et le nom du bienfaiteur à l’origine des centres Don Orione, dévoués aux pauvres et aux malades, présents dans de nombreux pays.

2. Situation : centre  Don Orione de Bombouaka – Préfecture de Tandjouaré

3. Présentation de la Préfecture de Tandjoluaré :

La préfecture de Tandjouaré est située à l’extrême Nord du Togo dans la région des Savanes et est limitée :

  • Au Nord par la préfecture de TONE
  • Au Sud par la préfecture de l’OTI
  • A l’Est par la préfecture de KPENDJAL
  • A l’Ouest par la République du GHANA

Elle couvre une superficie de 857 km2 avec une population d’environnants 117 519 habitants en 2010, alors qu’elle était estimée en 1994 à 61.276 habitants. La densité qui était de 72 habitants au km2 est passée à près de 138 habitants au Km2. Le taux d’accroissement  fluctue entre 2,99 et 3,11 %.

La population est en majorité MOBA Gourma représentant 60 % à laquelle s’ajoutent les peulhs, les mossis, les Mamprousis, les  Haoussas et les Yorubas.

La préfecture a hérité son nom des caractéristiques morphologiques de ses sols essentiel-lement constitués d’une immensité de collines de cailloux.

Le relief est dominé par les monts de Bombouaka, Djâbir, Nano et Mamproug avec un climat tropical de type soudano sahélien marqué par une longue saison sèche allant d’octobre à mai et une courte saison des pluies de juin à septembre.

Les sols dénudés avec une étendue latéritique due à l’érosion entraînant ainsi une forte réduction d’eau qui provoque souvent une grande pénurie d’eau potable en saison sèche.

La moyenne pluviométrique varie entre 800mm et 1000mm. L’amplitude thermique est en moyenne de 32°C.

Néanmoins les grottes de Nok dans le canton de  Nano avec ses 134 greniers, de Mamproug avec ses 100 greniers, et le lac fétiche Doungh à Tampialim constituent des richesses écologiques et touristiques.

4. Description du projet  (nature, objectifs, localisation, clientèle visée, nombre de bénéficiaires)

  • Nature du projet

A l’aire de la globalisation, les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication occupent une place importante dans la vie économique et sociale de chaque être. Mais  malheureusement la situation de la préfecture de Tandjouaré en matière des NTIC est  très  précaire. C’est une préfecture  ou les NTIC n’existent  pas. Aucun centre de formation en informatique. Faut-il laisser la jeunesse de cette préfecture en marge des nouvelles technologies de l’information et de la communication ?

Le 21ème siècle laisse pourtant entrevoir de nouvelles formes de savoir et de pratiques axées sur la maitrise des technologies de l’information et de la communication (TICs).

Ainsi nous rappelle t-on souvent que : « L’illettré du 21e siècle est celui qui est en marge de l’usage de l’outil informatique ». Cette citation évoque le handicap que peut constituer dans notre société actuelle la non maîtrise des TICs. A notre plus grand regret et malgré notre désir d’apprendre nous restons dans l’ignorance de ces outils faute de mesures adaptées mises à notre disposition pour y avoir accès.

Aujourd’hui, les matériels et outils informatiques continuent de représenter des outils de luxe dans nos pays même jusque dans les écoles. Dans la préfecture de Tandjouaré,  aucun lycée ou collège ne disposent de salles informatiques.

C’est dans cette perspective que la mise en place d’un  Centre de Ressources et de Formation en Informatique est un enjeu crucial pour la jeunesse de la Préfecture de Tandjouaré en général et plus particulièrement les jeunes en situation d’handicap du centre DON ORIONE de Bombouaka. Ce projet est la continuité d’un projet bibliothèque mis en place par le Rotary dans ce centre.

Nous vivons une époque de mutations rapides. Tout change : notre façon de vivre, d’apprendre, de travailler, de communiquer et de faire des affaires. Ces transformations, nous ne devons pas les subir passivement ; nous devons être les artisans de notre destinée. La technologie a donné naissance à l’ère de l’information. A nous maintenant d’édifier la société de l’information.

  • Objectif prioritaire

Notre objectif à travers ce projet est  de faciliter l’accès aux matériels informatiques et favoriser l’usage des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) dans la Préfecture de Tandjouare et particulièrement au centre Don Orione de Bombouaka. Nous disons que lorsque les jeunes en situation d’handicap se développent, tous les jeunes de la Préfecture peuvent se développer.

  • Localisation, clientèle visée et nombre de bénéficiaire

Le projet sera basé au centre Don Orione de Bombouaka dans la Préfecture de Tandjouaré.  Les cibles de ce projet sont les jeunes en situation d’handicap du centre Don Orione en particulier et les jeunes de toute la Préfecture en général. Ils sont estimés à plus de 70.512 personnes puisque la jeunesse représente 60% de la population totale.

5. Quels seront les bénéfices du projet pour la collectivité et/ou les personnes visées?

L’accès au savoir informatique est un enjeu crucial pour l’avenir économique de nos pays. En effet cela permet aux jeunes de rester étudier dans leur pays et de les aider à développer de l’activité économique. L’outil informatique n’étant qu’un moyen au service de la formation, permettant ainsi de faciliter son emploie dans les activités professionnelles

Pour les personnes en situation d’handicap, rares sont les écoles spécialisées pour élèves en situation de handicap  qui disposent d’outils informatiques pouvant faciliter leur accès aux savoirs. Et pourtant il est avéré que ces outils offrent une grande facilité aux personnes handicapées en compensant leur déficience physique ou fonctionnelle grâce à des logiciels et technologies adaptés. En outre dans le cadre de l’éducation inclusive promue par nos institutions dans les écoles primaires et secondaires; les TICs pourraient représenter un outil de choix pour faciliter une meilleur acquisition et compréhension des cours par les élèves handicapées en les mettant ainsi au même rang que les élèves valides. Cette situation forte triste entraine un fossé très grand entre les personnes en situation d’handicap et les élèves. Ce projet vient donc établir ce déséquilibre, permettant ainsi un développement durable et inclusif de la préfecture.