Carnet des SavanesDon Orione

« Carnet des Savanes » n°5

Journée de la kinésithérapie

Le 08 Septembre de chaque année, les Kinésithérapeutes ou Physiothérapeutes du monde entier font découvrir leur métier et promouvoir leur profession auprès du grand public grâce à de différentes initiatives personnelles ou collectives. Le thème retenu cette année 2020 par la Confédération Mondiale pour la Physiothérapie (WCPT) est porté sur le rôle des Kinésithérapeutes ou Physiothérapeutes pour aider les personnes à se remettre du COVID-19. Outre la célébration de ce jour, l’association des Kinésithérapeutes du Togo a programmé tout le mois de Septembre pour une large sensibilisation sur d’autres thèmes selon le choix de chaque centre ou région.

Pour honorer le 08 Septembre, les Kinésithérapeutes du centre Médico-chirurgical Saint Louis Orione de Bombouaka ont animé une séance de sensibilisation et une émission radiophonique.

En ce qui concerne la sensibilisation, l’objectif était de faire des rappels sur COVID-19 et montrer ce que le Kinésithérapeute peut faire pour aider les personnes qui en sont victimes. Cette séance a eu pour cadre la grande salle de la rééducation qui a réuni les patientes, les accompagnantes et le personnel dudit centre. Elle a été animée par les kinésithérapeutes du Centre en français et en langue locale « Moba ». Un rappel a été fait sur le COVID-19 en donnant la définition, les causes, les symptômes, les voies de transmission et surtout les mesures barrières. La Kinésithérapie qui est une spécialité paramédicale a vu le jour au Togo en 1976. Concernant le rôle du Kinésithérapeute pour aider la personne à se remettre du COVID-19, deux types de traitement sont soulignés : traitement préventif par le counseling, changement de comportement dans la communauté et la sensibilisation de masse. Le traitement curatif concerne l’évaluation du patient afin de diagnostiquer les déficiences, les incapacités et les désavantages pour pouvoir élaborer les objectifs, les techniques et moyens de la rééducation fonctionnelle.

En effet, le Kinésithérapeute lutte contre la fièvre par la cryothérapie, contre les raideurs articulaires et les escarres chez les patients alités et la fatigue ; favorise une bonne circulation sanguine la relaxation. Il accompagne psychologiquement les parents et les patients et restaure l’autonomie du patient.

A la fin de la sensibilisation, tout le monde a été exhorté au respect strict des mesures barrières contre le COVID-19.

S’agissant de l’émission radiophonique, elle a été animée par les représentants de chaque spécialité du secteur de la réadaptation (Kinésithérapie, Orthopédie, Orthophonie et Psychomotricité) du Centre.

L’objectif de l’émission était de présenter les différents types de prestations de services qu’offrent ce secteur à toute la population de la région des savanes qui méconnait ou ignore l’importance de ce secteur paramédical dans la prise en charge des pathologies diverses.

Sommes toute la célébration de la journée internationale de la kinésithérapie s’est passée dans le strict respect des mesures barrières contre le coronavirus. C’est l’occasion pour le Centre qui à travers ces colonnes du secteur de la réadaptation de remercier tous les partenaires du secteur de la réadaptation en général et en particulier l’Association Kiné Monde et l’Association « Physio Traveller » pour leur visite l’année passée.


Quelques mots sur Yendoubé…!

Yendoubé est fils de NIBANGUE Daletme et de Douti Djoinka domicilié à Moak, canton de Nano dans la préfecture de Tandjouaré. Issu d’une famille monogame de 04 enfants dont deux filles et deux garçons il est le fils aîné de la famille. La famille vit essentiellement de l’agriculture familiale et de l’élevage domestique. Elle cultive le maïs, le mil, le sorgho et le riz et élève les volailles. Les parents sont originaires de Goundoga mais par manque de terre cultivable ils ont acquis un terrain par donation à Moak où ils résident. Son papa est un maçon saisonnier car il ne construit que des bâtiments en banco en saison sèche et sa mère ménagère.

NIBANGUE Yendoubé est né en 2007 à Goundoga. Il a été consulté pour la première fois le 04/05/2009 par les kinésithérapeutes. De la consultation, il est ressorti que l’enfant souffre d’une diplégie spastique. Donc il a été rééduqué au Centre pendant quatre mois à partir du 20/05/2009. A la fin il y a eu une amélioration considérable mais il était petit pour marcher avec les orthèses et cannes.

Ainsi donc, lors d’une tournée en Mars 2014, il a été redécouvert et revenu au centre pour la rééducation et l’appareillage. Actuellement, Grace au savoir-faire des techniciens orthopédiques, il se déplace facilement à l’aide des orthèses et des cannes. Sans ces aides techniques, Yendoubé devrait rester assis.

Suite à la demande des parents de l’accueillir à l’internat pour lui permettre de continuer la rééducation et aller à l’école, après étude de dossiers, la direction a répondu favorablement. Ainsi, il intègre alors l’internat en septembre 2015. Présentement, il est au Centre à l’internat pour les études. Il passe en classe de CE1. C’est un enfant laborieux qui s’amuse très bien avec ces camarades. Cet enfant a besoin d’un appui supplémentaire pour mieux réussir à l’école, continuer la rééducation, renouveler ses orthèses, ses cannes afin de pouvoir faire les activités quotidiennes de la vie.